Categories
Languages

L’OMS doit pleinement collaborer avec Taïwan

Alors que l’épidémie du coronavirus se propage rapidement à l’échelle mondiale, Taïwan parvient à contenir drastiquement sa diffusion sur un territoire insulaire à peine plus grand que la Belgique et peuplé de plus de 23 millions d’habitants. En dépit de ses liens économiques et commerciaux étroits avec la Chine proche géographiquement, Taïwan totalise au 29 mars 2020, 298 cas et trois morts, soit un taux d’infection et de létalité par habitant bien inférieur à ceux observés dans le reste du monde.

Néanmoins, le pays reste encore et toujours exclu de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Pourtant, le gouvernement taïwanais avait alerté le 31 décembre dernier l’OMS, non seulement de l’émergence du virus mais aussi et surtout de la possibilité d’une transmission inter-humaine. Il a su anticiper l’épidémie et préserver sa capacité d’action tant au niveau sanitaire qu’économique. Alors que nombre de pays dans le monde ont ordonné à leur population de rester confinée, la vie à Taïwan se poursuit presque normalement : les universités, les lycées et les écoles restent ouverts, les entreprises maintiennent leurs activités, les personnes circulent librement.

A la suite du premier cas de coronavirus constaté sur son sol le 23 janvier dernier, Taïwan a immédiatement mis en œuvre un dispositif de gestion de crise épidémique pour éviter la propagation du virus. Ce dispositif a été conçu et mis en place après l’expérience traumatique du SRAS vécue dans l’île en 2003.

Dès le 24 janvier, les autorités taïwanaises ont imposé des restrictions à l’exportation de masques et un contrôle douanier strict pour les visiteurs ayant séjourné en Chine au cours des 14 jours précédents. En outre, les ressortissants taïwanais revenant des zones les plus gravement touchées ont été astreints à une quarantaine de 14 jours. Tout nouvel arrivant dans le pays est désormais soumis à un suivi sanitaire continu. Le ministère taïwanais de la Santé et des Affaires sociales a interdit au personnel médical de quitter le pays. Actuellement, Taïwan dispose, chaque jour, de 13 millions de masques de protection contre le virus pour subvenir aux besoins de sa population. Leur production a été multipliée par quatre en un mois.

À ce jour, Taïwan reste le seul pays au monde où l’ensemble des décisions est centralisé au sein d’un commandement unifié et transsectoriel. À sa tête, le ministre taïwanais de la Santé et des Affaires sociales a autorité pour coordonner les mesures applicables aux douanes, à l’économie, à l’enseignement et aux transports. Cette centralisation du recueil d’informations et de prise de décision est un facteur clé pour une gestion efficace de l’épidémie.

Taïwan a rapidement mis en place l’intégralité de son dispositif sanitaire sur l’ensemble de la chaîne de contamination potentielle : alerte aux voyageurs, traçage des personnes en contact avec des patients contaminés, confinement durant l’incubation, quarantaine, file d’attente dédiée aux cas suspects à l’hôpital, distribution de masques et de produits hydroalcooliques… Des chercheurs taïwanais ont isolé des souches virales du coronavirus et synthétisé l’antiviral remdesivir. Ils développent actuellement un dépistage en seulement 15 minutes.

La communication régulière d’informations détaillées continue de jouer un rôle important dans l’adhésion de la population au dispositif et pour éviter la diffusion de fausses informations et de rumeurs, susceptibles de provoquer la panique.

Taïwan démontre ainsi son expertise dans la recherche médicale et dans la prévention en même temps que la qualité de son système de santé, le 9ème meilleur au monde selon le classement annuel Bloomberg de l’efficacité des soins de santé établi en 2018.
Taïwan est un acteur majeur et incontournable de la santé mondiale.
Pourtant, le pays n’a pas été convié à participer à la prochaine Assemblée mondiale de la Santé qui devrait se tenir du 17 au 21 mai prochain à Genève.

Exclure Taïwan de cette réunion de toute première importance, notamment dans la situation exceptionnelle que nous vivons, est une erreur majeure. Cela remet en cause la sécurité sanitaire mondiale et celle de Taïwan, car les questions sanitaires ignorent les frontières comme le rappelle cette pandémie.

Taïwan mérite d’avoir sa place dans toutes les activités de l’OMS. Elle a un rôle spécifique à jouer dans le renforcement des systèmes de santé dans le monde, une des cibles principales des Objectifs de développement durable (ODD), et dorénavant, dans la lutte contre le coronavirus.

Nous, citoyens, responsables de santé, chercheurs, universitaires et parlementaires de tous bords, déclarons que l’OMS doit veiller à s’abstraire de tout jeu politique, d’influences diplomatiques et à s’attacher à sa vocation première, celle de protéger au mieux la santé de chacun à l’échelle planétaire.

L’OMS a besoin de Taïwan, tout comme Taïwan a besoin de l’OMS.

C’est pourquoi nous appelons instamment l’Organisation mondiale de la Santé à être à la hauteur des enjeux sanitaires actuels en permettant à Taïwan de participer à sa prochaine assemblée et plus largement à l’ensemble de ses activités.

[forminator_form id=”239″]

Premiers signataires (lien)

Please leave comments in English, Spanish, Italian, Chinese, or French. Thank you.

請以英文、西班牙文、義大利文、法文或中文留言。

En remplissant ce formulaire et en cliquant sur le bouton « post comment », vous acceptez que vos données personnelles soient traitées afin de vous permettre de publier vos commentaires. Avant de compléter le formulaire, merci de prendre un moment pour consulter notre politique de confidentialité afin d’en savoir plus sur qui peut accéder à vos données personnelles et comment celles-ci sont traitées.

21 replies on “L’OMS doit pleinement collaborer avec Taïwan”

Ancien responsable humanitaire au Malawi, j’ai eu l’occasion d’apprécier, dans ce pays, la qualité de la Coopération taiwanaise, en particulier dans le domaine de la santé (c’était avant la rupture des relations diplomatiques avec Taiwan). J’y ai fait la connaissance de techniciens et de médecins taiwanais. Depuis lors, je suis convaincu qu’il serait de l’intérêt de l’OMS et de la communauté internationale de collaborer avec Taiwan. Cette conviction s’est encore renforcée durant la présente crise du Covid-19. Les considérations politiques et les pressions venues d’un Etat membre de l’OMS pour bloquer toute participation de Taiwan aux activités de l’OMS sont tout à fait inacceptables. Enfin et d’une manière générale, Taiwan est une grande île avec plus de 23 millions d’habitants et c’est un Etat à la démocratie exemplaire. Personne ne peut nier l’existence de cet Etat et de ses institutions démocratiques. Il est donc inadmissible que cette île ne soit pas représentée à l’ONU et dans les agences spécialisées des Nations Unies. La voix des Taiwanais doit être entendue!

Je soutiens pleinement le droit de Taïwan de participer dans toutes les instances internationales. Taïwan a démontré à tous qu’il est un État libre, un État de droit, avec un système démocratique, une liberté d’opinions et de parole. Il s’efforce de prendre soin de ses habitants et il est en mesure d’apporter à la communauté internationale toute son aide et partager toute son expertise qui a fait ses preuves comme ici, dans le domaine de la santé et de la gestion de crise sanitaire. Ne pas en tenir compte serait irresponsable.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.